Martine Wijckaert

actualité

Forêts paisibles


Vaudeville mythologique
avec un rondeau des INDES GALANTES de Jean-Philippe RAMEAU
Du 21 avril au 1er mai 2020 à 20h30
au Théâtre la Balsamine

Écrit pour Alexandre Trocki, Véronique Dumont et Héloïse Jadoul, la chose aurait pu être un petit archétype familial de base, papa, maman et la post-ado pré-adulte. C’est presque banal.
Aussi, j’ai laissé s’infiltrer la mythologie velue dans la tuyauterie bas de gamme des classes moyennes.

Le théâtre est affaire de supercherie délectable, son travestissement est plus vrai que nature, jusqu’à la mise en place-même de ce travestissement qui est déjà à elle seule péripétie, voire négociation dramatique.

Forêts paisibles porte à la scène un trio familial, affligeant de médiocrité, télescopé par le jeu du fantasme, dans un monde archaïque où les interdits du meurtre et de l’inceste ne sont pas encore tout à fait clairement démêlés, cependant que jouant sur la corde raide d’une mythologie n’offrant plus que la pacotille d’elle-même, comme si le cadre de celle-ci aujourd’hui ne saurait être autre que galvaudé.


Dans une construction précaire en bois brut, ne cherchant nullement à masquer ses découvertes, et posée à même la cage vide de la scène dont on devine à tout moment la nudité intrinsèque, se joue un vaudeville mythologique pour espèce de pacotille en mythologie inconsciente.
« Voici donc qu’un couple de satyres s’est vu affligé de la naissance d’une enfant anormale : les velus ongulés ont engendré du glabre en baskets… »

Voilà tout pour l’argument de base ; seulement, cet argument n’est pas donné tel quel car les satyres n’existant pas, c’est des oripeaux de la trivialité quotidienne qu’il faudra en extirper la vêture fourrurée, ongulée et cornue offrant licence d’amoralité absolue.

La tentation du meurtre, du viol, de l’inceste couche tous les jours, à l’horizontale de la banalité, dans le canapé des salons - salles à manger des familles.
Travesti et usurpateur, le théâtre démasque cette tentation et l’érige en règle de normalité, dans l’approximative équation d’un rituel dionysiaque de peu affichant le mythe triste d’un Pan bachique en sevrage problématique.

illustrations : Satyres saillissant gravure d’après Carraci ; fontaine à eau