Martine Wijckaert

de l’amour à la solitude

Les Chutes du Niagara



© Danièle Pierre
Décembre 1991
Théâtre de la Balsamine


Sur la piste de Newton, Einstein, Copernic, « Les Chutes du Niagara » posent la problématique du couple dans un nouveau champ d’action théâtral.
L’homme et la femme s’y trouvent véritablement vectorisés, représentés comme des forces pures, douées de sens, de direction, d’intensité, issus du hasard.
Fortement axé sur l’expérience de jeu, leur traitement scénaristique ne les dépourvoit pas de concrète humanité, mais leurs personnages semblent échapper à la psychologie.



- Auteur : Martine Wijckaert
- Acteurs : Ana Valverde, Marc Schreiber
- Assistante : Astrid Howard
- Scénographie et costumes : Valérie Jung
- Lumière : Stéphanie Daniel
- Son : Virginie Jortay
- Cascades : Vincent Rubinfajer
- Construction décor : Atelier Michel Mandoux, Benoît Cogels, Didier Hasendonckx, Jean-Philippe Montiero
- Effets visuels : Jean Seydel, Bruno Vandersmissen, Stéphane Chandelon
- Peinture : Alexandre Obolensky, Maud Gérard
- Sculpture : André Lebacq, André Gramet
- Couture : Géralde Dupin
- Régie général : Benoît Cogels, Didier Hasendonckx
- Régie plateau : Benoît Cogels, Didier Haesendonckx, Astrid Howard, Ariane Zielonka
- Régie Lumière : Jean-Philippe Monteiro