Martine Wijckaert

la transmission

Trilogie de l’enfer



Véronique Dumont © Marie-Françoise Plissart
Février 2014
Théâtre de la Balsamine


Voici donc que la Mère morte s’est mise à parler au travers du réservoir à encre de ma plume. Et c’était radieux de l’entendre s’adresser à sa fille, de la levée du corps jusqu’à la crémation, selon la parfaite unité de temps et de lieu de son rituel funéraire que suit évidemment sa fille dans le cortège. Faire parler les morts est toujours réjouissant et libère la parole des vivants, si bien que quelques canaris, un éléphant, une galaxie et un père spectral plus loin, deux paroles ont succédé à celle de la mère, celles de la fille Béatrice adulte et de Béatrice jeune adolescente. Une fois ces trois textes rédigés d’une traite, j’ai appelé cela « Trilogie de l’enfer », tant il est vrai que l’enfer amoral est tellement plus alléchant que le paradis béat de bonheur confit.

Martine Wijckaert

AVEC : Yvette Poirier, Véronique Dumont, Héloïse Jadoul
ÉCRITURE ET MISE EN SCÈNE : Martine Wijckaert
ASSISTANTE À LA MISE EN SCÈNE : Astrid Howard
DRAMATURGIE ET CONSEIL D’ECRITURE : Sabine Durand
SCÉNOGRAPHIE : Valérie Jung
PEINTURE TROMPE-L’ŒIL : Alexandre Obolensky
PEINTURE SOL : Béatrice Massinger, Marlène Tasnier
LUMIÈRES : Stéphanie Daniel
CRÉATION SON : Thomas Turine / INTERPRÉTATION SONORE : Marc Doutrepont
COSTUMES : Laurence Villerot assistée de Virginie Breger et de Catherine Somers
MAQUILLAGE : Michelle Lemaire
CRÉATION VIDÉO : Jacques André
OPÉRATEUR PRISE DE VUE : Ryszard Karcz
MACHINO : Thibaut Sellier / INCRUSTATION : Amir Borenstein
ÉDUCATEUR DES CORNEILLES : Tristan Plot assisté de Thomas Debrach
DIRECTION TECHNIQUE : Fred Op de Beeck
RÉGIE LUMIÈRES ET VIDEO : Mathieu Bastyns
RÉGIE PLATEAU : Olivier Vincent et Colin Childz